» CULTURE & VIE ASSOCIATIVE » Expositions

Expositions

Marché animé du 18 juillet 2019, dans la salle d'Exposition.

 

 

Crac'h le 11 juillet 2019 à l'inauguration de l'Expo Crac'h 2019

Discours de Catherine Chantelot, Adjointe à la Culture et au Patrimoine

Bonsoir à tous, j'ai salué beaucoup d'entre vous mais entre-temps certains sont arrivés,  je ne manquerai pas de les saluer tout à l'heure.
Monsieur Le Maire, Jean-Loïc Bonnemains, M. Michel Jeannot, Mmes et M. les adjoints et les conseillers municipaux, Mmes et M. les présidentes et présidents d’association ou leurs représentants, Mmes et M. les employés municipaux, Mesdames, Messieurs, soyez tous les bienvenus.

Je vous remercie d’avoir accepté l’invitation des 25 artistes de Crac’h, dont Lyne Riveau et Luce Hausseray, deux nouvelles venues à qui nous souhaitons la bienvenue. Vous allez découvrir leurs œuvres auxquelles ils se sont consacrés depuis quelques temps déjà ! L'édition 2019 se place sur le thème suivant : « Le bleu ».  Chacun a travaillé sur ses œuvres avec beaucoup d'entrain pour coller au thème. M. Gildas Wattel a été chargé de créer l'oeuvre présente sur l'affiche, qu'il en soit remercié.

Vous comme moi nous connaissons bien le bleu, la couleur bleue mais qu'elle n'a pas été ma surprise de découvrir que cette couleur n'était pas connue avant le 12ème siècle. Je n'y avais même pas songé une seconde avant que Danièle Bodet ne me mette le livre « Bleu » de Michel Pastoureau entre les mains dans l'idée de  m'aider à écrire mon discours. 160 pages pour nous parler du bleu. Je vous rassure, je n'ai retenu que quelques passages...

Contrairement à ce que l’on pourrait croire (étant donné que les océans, les mers, les rivières, l’atmosphère, etc..., sont bleus), nos ancêtres ne « voyaient » la couleur bleue que très rarement. Le bleu n’était pas reconnu comme étant une couleur et beaucoup de cultures n’avaient pas de mot pour décrire cette teinte. Et lorsque l’on n’a pas de mot pour décrire quelque chose, on a énormément de mal à      «voir» la chose en question.
C’est un érudit anglais qui a le premier émis cette hypothèse dans les années 1850, après avoir lu l’Odyssée d’Homère. Dans le récit, la mer est décrite comme étant « bordeaux foncé » et il s’est demandé pourquoi. Après avoir analysé le texte, il s’est aperçu que la couleur bleue n’était pas mentionnée, ne serait-ce qu’une seule fois dans toute l’oeuvre.                      
D’autres après lui ont continué les recherches et sont arrivés à la même conclusion : aucune trace d’un mot pour parler de la couleur bleue dans les autres langues anciennes. On retrouve tout d’abord le noir et le blanc. Suivi ensuite du rouge, puis du jaune et du vert. Mais le bleu est la dernière couleur à avoir fait son apparition.
Ça peut paraître fou, mais cela prend tout son sens lorsque l’on pense à la faune et la flore : le bleu est une couleur assez rare, en fait, dans la nature. Même le ciel n’arbore pas un bleu tranchant et on pourrait souvent utiliser le gris ou même le blanc pour le décrire.                                      
Les Égyptiens sont les seuls qui dérogent à la règle en ayant inclus un mot pour le bleu. Ils étaient également les seuls à savoir comment reproduire cette couleur.
Ce n’est que lorsque les pigments bleus égyptiens ont commencé à se répandre dans le monde que les autres cultures ont ajouté un mot à leur lexique. Les pigments bleus étaient alors vus comme une marchandise rare (et chère) et la couleur bleue a pris de l’importance,  surtout dans la vie spirituelle.
Dans le catholicisme, la Vierge Marie porte souvent des habits bleus. En 431 après J.-C., l’église a codifié les saints en leur donnant une couleur à chacun, et il a été décidé que le bleu, étant la couleur la plus chère à l’époque, était la couleur la plus appropriée pour « la Reine du Ciel ».
Nombreuses sont les civilisations qui ont vénéré cette couleur qui représentait la force et le privilège. Le bleu était auparavant réservé aux familles des rois. Dès la fin du 12ème siècle et peut-être un peu plus en amont, les rois capétiens usent d'un écu (un bouclier long)  à fond bleu parsemé de fleurs de couleur jaune. Il est alors le seul souverain d'occident qui porte du bleu dans les armoiries, couleur choisie en hommage à la vierge, protectrice du royaume de France et de la monarchie capétienne.  Les progrès des techniques des teintures permettent rapidement la fabrication de bleus plus clairs et plus lumineux au lieu des bleus ternes et délavés des siècles précédents réservés aux vêtements de travail des artisans et des paysans. La culture de la guède se développe dans de nombreuses régions d'Europe. Le principe colorant réside dans ses feuilles et s'appelle l'indigotine. Dès les années 1230, elle fait l'objet d'une culture industrielle pour satisfaire la demande des drapiers et des teinturiers. Les marchands de la garance qui sert à teindre en rouge entrent en conflits violents avec les marchands de la guède. Les rois commencent à se vêtir de bleu rapidement imités par leur entourage. La résistance à cette mode envahissante des bleus royaux et princiers vient surtout des pays germaniques et d 'Italie où le rouge couleur de l'empereur retarde la promotion du bleu mais à la fin du Moyen Âge, le bleu est devenu la couleur des rois, des princes, des nobles et des patriciens, le rouge restant la couleur symbolique du pouvoir impérial et de la papauté.
La guède et la pâte transformée nommée pastel va faire la fortune de villes comme Toulouse notamment grâce  à cet « or bleu »  qui fait l'objet d'un commerce intense, avec exportation en Angleterre, en Italie du Nord, vers Byzance et même l'Islam. Mais à l'époque moderne, la culture de la guède et le commerce du pastel seront ruinés par l'arrivée en Europe de l'indigo des Antilles et du Nouveau Monde dont le principe colorant est encore plus performant.
A partir du XVIIIè siècle, le recul très net des tons rouges dans le costume et dans la vie quotidienne laisse une large place au bleu qui devient non seulement une des couleurs les plus présentes sur l'étoffe et le vêtement mais aussi, et surtout, la couleur préférée des populations européennes. Il l'est resté jusqu'à aujourd'hui, loin devant toutes les autres.  Le drapeau européen n'est-il pas bleu avec des étoiles jaunes pour représenter les pays membres ? Nos équipes de football, de rugby masculine et féminines ne sont-elles pas nommées les « bleus » ou « les bleues » lors des matchs de coupe d'Europe ou du monde.
Aujourd’hui, presque tout le monde possède un fameux « blue jeans ». Les hôpitaux peignent leurs murs en bleu pour relaxer leurs patients et les designers s’en servent pour évoquer le sens pratique et la puissance, notamment chez les grandes sociétés. En effet, étant donné que le bleu évoque l’intelligence, c’est une couleur souvent utilisée pour vendre des produits nouveaux et novateurs. Facebook et Twitter par exemple, ont associé le bleu à un design moderne pour faire ressortir l’aspect nouveau de leur produit.
Je pourrai vous parler encore et encore de bleu mais vous êtes là surtout pour  découvrir les oeuvres que les artistes ont réalisées avec beaucoup de cœur et de talent. Nous allons pouvoir admirer le travail de chacun d'eux. Comme chaque année, j’espère que beaucoup de Crac’hoises et de Crac’hois ainsi que des touristes et des gens de passage viendront nombreux apprécier cette exposition. Je vous rappelle que les jeudis 18 juillet et 1er août seront animés par un couple de sonneurs, Florence et Alain, qui accompagnera le Cercle celtique de Crac'h, « Yaouankiz er ster » la jeunesse de la rivière. Les artistes pourront également mettre leur chevalet sur le parvis de l'église. Merci beaucoup à vous les artistes pour cette exposition.

Mes remerciements vont aussi aux employés communaux, notamment Christophe et Nicholas, qui ont préparé la salle ainsi qu'à Delphine qui a aidé les artistes à installer leurs oeuvres  ; ils n’ont pas ménagé leurs efforts pour que tout soit prêt en temps et en heure. Nous allons pouvoir partager le pot de l'amitié que nous ont préparé Claudine et Sandra. Je vous remercie beaucoup de votre attention.
Bravo aux artistes et que vive « le bleu » !

L'Expo Crac'h cette année a lieu du :


Vendredi 12 juillet au Mercredi 14 août : Expo Crac’h 2019 (Thème : Le bleu)
Salle polyvalente Ty Yhuel

Bat2 flyer crach

Dates des 2 marchés animés : Jeudi 18 juillet et Jeudi 1er août 2019 de 10h à 13h30.

Marches animes 2019

Les animations estivales (Juillet et Août) se déroulent prioritairement en extérieur.